Le Sénat a enfin voté à main levée la réduction de 20% à 5% de la « taxe tampon » contre l’avis du gouvernement. Il y a quelques semaines, le secrétaire d’état au Budget Christian Eckert avait suscité l’indignation de toute la sphère féminine, en laissant entendre que les protections hygiéniques (serviettes, tampons et coupes menstruelles) ne faisaient pas partie des « premières nécessités » pour justifier le refus des députés face à l’abaissement. Le collectif Georgette Sand avait d’ailleurs lancé en février une pétition qui avait recueilli plus de 17.000 signatures. Une victoire significative, mais qui a tout de même lancé un pavé dans la mare !