En partenariat avec l’association Cup’in, nous avons recueilli des témoignages sur la coupe menstruelle. Des utilisatrices averties ou novices nous racontent tout : comment la cup a changé leur période de menstruations, avec des anecdotes cocasses et des conseils avisés. Vous saurez définitivement tout de la coupe menstruelle !

Marine, 24 ans, Ile-de-France

« J’ai entendu parler de la cup il y environ 5 ans, sur un forum qui, à la base, parle de tout à fait autre chose ! Deux points m’intéressaient : l’aspect économique (j’ai payé ma première cup moins de 10€) et, surtout, elle était réputée pour faire des miracles contre les mycoses récidivistes (puisque moins agressive que les autres protections).

Ni une, ni deux, je la commande sur Internet – on pouvait choisir la couleur, c’était sympa. J’attends presque impatiemment mes règles pour pouvoir l’essayer et je cherche les différentes méthodes de pliage. Pour ma première fois, je tente le pliage en C, sous la douche. Tout se passe bien, elle se déplie parfaitement et l’effet ventouse fonctionne. Presque trop bien.

En effet, c’est au moment de l’enlever que j’ai réalisé que ça demandait un peu de pratique. Elle restait « collée », malgré tous mes efforts. Je crois que j’ai bien passé 30 minutes dessus, en pleurs, m’imaginant déjà aux urgences à devoir tout expliquer ! En dernier recours, c’est mon copain de l’époque qui m’a « sauvée ».

Résultat, j’étais tellement effrayée que je n’y ai plus touché pendant presque deux ans. Puis, lassée  des mycoses, j’ai décidé de lui donner une nouvelle chance. Et là, miracle ! J’ai changé de pliage, et j’ai trouvé comment casser l’effet ventouse. Tout n’était pas encore parfait (j’ai pris une taille supérieure suite à des fuites), mais ça va mieux.

Si ma relation à la cup devait se résumer en un mot, ce serait : persévérance ! Ça vaut vraiment le coup. »

Béatrice, 32 ans, Aquitaine :

« Je suis une utilisatrice plus que satisfaite de ma Fleurcup (j’ai opté pour celle-ci car fabriquée en France, et donc répond à des normes françaises… enfin, c’est ce que je me dis…).

C’est idiot, mais par habitude et parce qu’on nous matraque de pubs Always, Nana ou encore Tampax, on opte sans réfléchir pour ce genre de protections hygiéniques.

Or, il y a quelques mois, j’ai vu une émission sur la réduction des déchets ménagers. Je fais déjà le tri sélectif, j’ai un lombricomposteur, j’utilise des mouchoirs en tissus, des couches lavables pour mon bébé… et j’ai eu envie d’aller encore plus loin pour réduire encore mes déchets. Alors je me suis dit pourquoi ne pas passer aux protections hygiéniques lavables ? J’ai consulté plusieurs sites Internet qui en commercialisaient, et c’est comme cela que j’ai découvert les coupes menstruelles. Alors j’ai fait des recherches pour en savoir plus et j’ai trouvé ce procédé… révolutionnaire !!! J’avais vu notamment la vidéo de Madmoizelle.com, j’ai consulté bien évidemment EasyCup (très bonne source d’informations), j’ai lu beaucoup de témoignages d’utilisatrices. En effet, je ne comprenais pas pourquoi un produit si pratique, sans odeur, si peu cher, bon pour l’environnement car réutilisable plusieurs années n’était pas plus connu, alors je me méfiais un peu. Et comme je n’ai rien trouvé de négatif, j’ai commandé ma Fleurcup que j’utilise depuis le début de l’année. Avec tous les témoignages que j’avais lus je n’ai eu aucun mal à l’utiliser, je savais d’avance ce qu’il fallait faire et ne pas faire. Donc j’ai été conquise dès les premiers jours. J’en ai parlé à quelques personnes autour de moi, et personne ne connaissait.

Je pense que c’est avant tout par manque d’information que nous sommes si peu d’utilisatrices. C’est certain que devant le matraquage des grandes marques de protections hygiéniques jetables dans les pubs télé ou magazine, c’est difficile de faire connaître les alternatives. »

Soizic, 31 ans, Bretgagne :

« Ca ne fait que quelques mois que j’utilise une cup, mais c’est vrai que ça change la vie ! J’en ai commandé une parce que je n’avais plus de tampons ni de serviettes, et que nous habitons sur une toute petite île où il n’y a pas de commerces, alors ça a été un peu la galère et je me suis dit « plus jamais ça ! ». J’en avais entendu parler il y a quelques années mais je ne m’étais jamais penchée sur le sujet. C’est en voyant sur Internet tous les témoignages d’utilisatrices conquises et la vidéo de MademoiZelle.com que je me suis lancée, et maintenant j’en parle à mon tour autour de moi. Très souvent les femmes en ont entendu parler, mais sans plus. Les cup simplifient vraiment la vie pendant les règles et méritent d’être connues de toutes ! D’après moi les gros avantages sont :

– la facilité d’utilisation, plus de changement à opérer en cours de journée,

– le matériau et le fait de ne plus utiliser de serviettes ou tampons dont on ne connaît pas la composition,

– le faible coût ! »

Soazig, 25 ans, Bretagne :

« J’utilise la coupe menstruelle depuis 1 an maintenant, et sans exagération je dirais qu’elle a révolutionné l’aspect le moins glamour de ma féminité. Depuis, je vante ses mérites autant que possible autour de moi, motivée par le fait que toutes les femmes devraient avoir connaissance de cette alternative, pour choisir leur protection hygiénique en toute connaissance de cause.

La cup est hyper pratique; on n’a plus à se soucier de son stock de tampons car 1 seul « ustensile » suffit, c’est bien plus hygiénique qu’un bout de coton et de plastique macéré, elle ne génère pas de déchets (fini la corvée de vider la poubelle de la salle de bain, surtout si vous utilisez en plus des cotons lavables!), elle nous fait faire presque 2000€ d’économies dans notre vie, c’est facile à mettre et à enlever (disons que deux menstruations peuvent s’avérer nécessaires avant d’avoir le « coup de main »), elle irrite moins les parois du vagin qu’un tampon (pour ma part j’ai observé moins de sécheresse après mes périodes de règles), et quand le flux est peu abondant, on peut ne la vider que deux fois par jour (sous la douche par exemple)…

Un conseil cependant: tout comme pour le tampon et la serviette jetables, l’usage exclusif de la cup n’est pas recommandé. Il vaut mieux mixer cup et serviettes (lavables!), par exemple cup le jour et serviette la nuit, car les parois vaginales ne doivent dans l’idéal pas être obstruées en continue. Le sang des règles est en effet très riche et préserve la flore vaginale, il faut donc le laisser couler jusqu’au bout de temps en temps. Seul point dommageable: quelques fuites peuvent subvenir. Mais, sinon, la cup a tout bon!! »

Iris, 30 ans, Paris :

« J’ai entendu parler de la coupe menstruelle sur l’un des blogs que je suis régulièrement. En fait, à première vue, ça m’a plutôt dégoûtée. Je me suis demandée comment les filles faisaient pour vider le sang de leurs règles l’air de rien ! N’ayant pas un flux abondant, je n’ai jamais été trop gênée par la période de menstruations. Jusqu’au jour où, très tête en l’air et pour la énième fois, je me suis retrouvée un jour férié en galère de serviettes et tampons. Ca a été le déclic, je me suis dit « si j’avais une coupe menstruelle, au moins je n’aurai pas ce souci ». 15 minutes après, ma cup était commandée. J’ai choisi FleurCup car je voulais profiter d’une promo du moment. Je me fichais pas mal de la couleur et de la marque, j’ai juste vérifié que je supportais bien la matière.

Je n’ai eu aucun souci pour l’insérer la première fois. Ni pour l’enlever. Mon seul problème au départ était que je la sentais beaucoup en moi. Elle me gênait. J’ai mis presque 2 jours à m’habituer à ce corps étranger (plutôt conséquent il faut dire, malgré une taille médium). Après, c’était réglé. Je n’ai pas eu une seule fuite. J’aime le côté pratique de la chose : elle se transporte discrètement dans un sac à main, ne laisse pas de déchets dans les poubelles des gens chez qui on est invité (et combien de mecs ne pensent pas à mettre de poubelle dans leur salle de bain ?), se nettoie facilement si on occulte le côté non glamour de la faire bouillir dans une casserole.

J’ai récemment opté pour la Méluna pailletée en raison de son diamètre plus petit, et son côté moins rigide. Elle est plus agréable mais laisse apparaître quelques fuites depuis 3-4 mois. Elle se déploie parfois mal à l’intérieur, même si je la fais tourner plusieurs fois. Je lui laisse sa chance, sinon je reviendrai à la FleurCup ».

Amandine M., Clermont-Ferrand :

J’ai acheté ma première cup en 2007. A ce moment là, on ne trouvait que les Divacup et les Mooncup (et bien sûr les Keeper en caoutchouc), on était encore loin des mini prix et des coloris multiples d’aujourd’hui!
Je l’ai essayée pour la première fois en festival et au fur et à mesure, en trois à quatre cycles, j’ai appris à la positionner pour qu’elle soit confortable.
Fini les sécheresses, les poubelles crades, l’argent dépensé et le change X fois par jour ! la cup est toujours prête, et se fait oublier puisque je la rince seulement soir et matin.
Je la faisais bouillir, et après 5 ans elle est devenue un peu plus rigide et je la sentais, j’ai donc racheté la même et je lave simplement, sans la faire bouillir, pour qu’elle conserve sa souplesse.

J’en parle autour de moi et je constate que les coupes sont de plus en plus connues. En plus des avantages écologiques, économiques et sanitaires, elles nous permettent de mieux connaître nos règles et de renverser l’idée du « cadeau empoisonné de Dame Nature » vendue par Tampax (cadeau qui au passage leur permet d’embaucher de belles sommes…)

Vous aussi, apportez votre témoignage sur la coupe menstruelle en nous contactant via le formulaire de contact.